Write For Us

Au Botswana, l’amour au pouvoir | Invitation au voyage | ARTE

Chargement...
79 Vues
Published
[Disponible jusqu’au 04/03/2021]
#Botswana #RuthWilliams #SeretseKhama
Dans l’ouest du Botswana, la ville de Serowe est un temple de la mémoire, de l’histoire botswanaise et l’un des berceaux des traditions locales. Dans la société ségréguée du milieu du XXe siècle, il fallait une volonté de fer pour vivre là-bas un amour interdit faisant fi des préjugés racistes.
L’histoire commence en Angleterre en 1947. Ruth Williams est invitée à un spectacle de danse des étudiants africains à Londres. Seretse Khama est étudiant, il tombe éperdument amoureux de la jeune Britannique.
Lui est Noir, promis à succéder à un chef tribal dans son pays natal, à l’époque le protectorat du Bechuanaland, elle est anglaise, blanche et simple dactylo. La suite nous est racontée par le conservateur du musée de Serowe, Scobie Lekhutile.
L’Angleterre n’est pas encore prête à accepter les mariages mixtes, et les barrages à leur idylle se multiplient. Les parents de Ruth rompent les relations avec leur fille, alors que les églises anglicanes leur ferment leurs portes, les unes après les autres. Finalement, ils réussissent à se marier civilement, en septembre 1948.
Mais Seretse est le petit-fils du roi tribal Khama III, il est amené à régner sur les siens, les Bamangwatos, l’ethnie majoritaire du protectorat. Il doit rentrer dans son pays d’origine.
L'oncle de Seretse cherche à annuler « ce mariage avec une Blanche » et à discréditer le leader aux yeux de son peuple. Mais dès son retour, Seretse Khama mène une série de réunions publiques. Et il est rapidement réaffirmé dans son rôle de roi par les anciens.
Installés dans leur maison en périphérie du village, Ruth acquiert facilement une certaine popularité. En quelques mois, elle gagne le cœur des femmes et le respect des Bamangwatos. On la surnomme : Mohumagadi « mère » ou « reine ».
Mais à peine quelques mois après leur installation, Seretse Khama se voit imposer un exil à Londres par le gouvernement britannique, qui subit la pression des Sud-Africains. La lady Kama restera seule dans son nouveau pays.
Parallèlement, le pouvoir sud-africain se ligue contre le jeune couple. Le Premier ministre Daniel Malan, fondateur de l’apartheid, déclare : « Ne soyez pas surpris si le peuple de Seretse ou d’autres hommes noirs, ici en Afrique du Sud, considère qu’ils peuvent épouser une blanche. Si Seretse Khama peut avoir une femme blanche, pourquoi pas eux ?”
Il qualifie ce mariage de « nauséabond. »
Au prix de discussions houleuses, Seretse réussit à rentrer chez lui, mais il se voit interdit de fréquenter son épouse. Le gouvernement britannique lui impose de vivre à Lobatse, à l’autre bout du pays.
Le médecin de Ruth refuse d’assumer la responsabilité d’un quelconque problème. Le gouvernement doit céder. Seretse pourra rendre visite à sa femme - mais seulement la nuit.
Leur première fille naît sur le sol du Bechuanaland, mais sous la pression de l’Afrique du Sud, le couple est, de nouveau, rappelé à Londres en 1951. Il y restera en exil pendant cinq ans, avant de pouvoir rentrer chez lui.
Seretse Khama deviendra le premier président du pays à son indépendance en 1966 et il sera réélu à trois reprises. Aujourd’hui, les deux époux reposent en paix au cimetière royal du village de Serowe.
Cette histoire d’amour hors du commun a été adaptée au cinéma :
"A United Kingdom" - Avec David Oyelowo et Rosamund Pike - Réalisation Amma Asante - 2015
Abonnez-vous à la chaîne:
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Facebook
Twitter
Instagram
Catégories
Social
Connectez-vous ou inscrivez-vous pour poster un commentaire.
Soyez le premier à commenter cette vidéo.